IQRA

C’est un album qui comporte  18 dix-huit morceaux que Fata a pris Le temps de laisser murir, tout en prenant soin de les polir au gré de ses inspirations, de ses rencontres mais surtout pour mieux mettre le doigt sur ces maux qui gangrènent notre société, ces maux qui nous plaquent au fond du gouffre de la perte de nos valeurs et de nos richesses sans lesquelles nous sommes simplement perdus, sans identité dans un monde de plus en plus hostile.

Voici un descriptif détaillé des titres que comporte l’album.

1/  INTRO : C’est une introduction de l’album qui donne le ton sur l’intention qui a derrière la genèse de l’album est une invitation à la recherche du savoir, une injonction sur un impératif pour tout un chacun qui consiste à chercher, à cultiver et à partager le Savoir. Le mot iqra est la forme impérative du verbe « apprendre » en arabe.

2/  BAAY feat. NABI KONDE : Ce titre est un hommage rendu à tous les papas du monde. Dans notre société l’importance accordée à juste titre à la mère est tellement grande que l’on a tendance à oublier les papas…

3/  ZAHIR ak BATINE feat. BIDEEW BOU BESS: le zahir et le batine sont deux concepts très importante dans la tradition islamique. Le premier fait allusion à ce qui est matériel, visible, et le second à ce qui est invisible, à ce qui est caché,  au spirituel.  Ce morceau est une introspection de l’être humain, une tentative d’analyse de nos actions et de l’intention derrière nos actions.

4 / IQRA : Ce titre qui donne son nom à l’album, est un hommage au Tout-Puissant, Allah SWT. Une invitation à mes compatriotes de s’inspirer de chacun des évènements heureux ou malheureux qui survient dans nos vies et qui ne sont rien d’autre que des leçons qui doivent nous ouvrir les yeux et le cœur pour nous rapprocher d’avantage de la Vérité, du Seigneur des cieux et de la terre SWT.

5 / NGUENTE feat. WALLY SECK et MBAYE DIEYE FAYE : Un titre volontairement original qui s’est voulu être une photographie voire un film de la journée de la cérémonie de baptême dans la tradition islamo-africaine marquant le septième jour après la naissance durant laquelle toute la famille se réunit pour célébrer la vie et donner enfin un nom au bébé qui jusque-là n’était qu’un hôte sans réelle identité.

6 /  RAP MBALAKH feat. PAPA NDIAYE THIOPETTE et AIDA SAMBE : Plusieurs théories associent les origines du rap à une forme de chants africains très encore pratiqués au Sénégal et connu sous les noms de taasu, kebatu… C’est l’excuse qu’il nous fallait pour prouver que le rap et le mbalax font un excellent ménage. Pourquoi pas les fusionner !

7/  PHOTOS  feat. NDONGO D. : Ce titre traduit ma fascination par la photographie. Cette magie dont le seul et unique artifice est la lumière peut en dire plus sur une chose que des longueurs de textes même enrobées de poésie. C’est un art qui mérite plus d’attention de notre part car c’est également un excellent outil pour la dissémination du savoir…

8 / MBOKK DEUGUE feat. AIDA SAMBE : Ce titre est une invitation à l’union des cœurs et des esprits. Si toute l’humanité gardait à l’esprit que nous sommes tous une seule famille, que nos origines convergent vers la même racine, alors l’on cesserait de considérer certains d’entre nous comme des ennemies.

9 / VOYAGE feat. NDIOUGA DIENG et ABDOU GUITTE SECK : Ce morceau est un hommage à Saint-Louis du Sénégal, ma ville natale que je porte en moi à tout moment et en tout lieu. Cependant, pour ne pas exclusif, cet hommage s’est voulu unificateur en incluant autant de localités que possible dans cette pérégrination dont le moteur n’est rien d’autre que l’envie de découverte et de partage.

10 / DIOUNDJIE feat. FADDA FREDDY : S’éterniser sur ce que nos détracteurs disent de nous, c’est leur donner plus d’emprise sur notre vie. Pourquoi leur faire autant de faveur et nous causer autant de soucis? Car quoi qu’on fasse, ils ne nous aimerons point. Ils sont mus par des sentiments plus forts que leur raison et jamais ce dernier ne pourra leur faire voir qui nous sommes réellement. Ce titre nous invite à ne point nous laisser divertir, à ne pas nous détourner du chemin de nos rêves de nos ambitions.

11 / LIFE GOES ON…  feat. FAFADI : Ceux qui prennent le temps d’écouter le souffle du monde comprennent que seul le travail paye. Lui seul procure cette fierté, cette indépendance qui font de nous des êtres accomplis. On ne saurait se dérober dans un monde où le combat pour la survie semble être la norme.

12 / DENKAANE : Tel le célèbre moissonneur, un père se sentant sur le point de donner son dernier souffle, convoque ses enfants pour leur donner un message d’adieu et leur confier ses dernières recommandations. Cela a les allures d’un héritage, d’une clef de la vie, d’un parchemin vers l’accomplissement…

13 / NDEKETEYO : Ce titre s’inspire d’une composition de Youssou NDOUR qui porte le même nom. Il tonne comme un réquisitoire, celui d’un cœur meurtri qui s’en prend à la femme coupable de trahison. Et comme pour assouvir sa colère il étend sa rengaine à toutes les femmes d’aujourd’hui qui le plus souvent ont en ligne de mire les biens matériels de leur homme au lieu de leur cœur.

14 / SO FLY feat. FLEX : Ce titre est un le résultat de retrouvailles et mus par une inspiration spontanée nous avons fait ce titre pour chanter la joie de vivre…

15 / AGAIN  feat. ESSAY : Un album de hip hop ne saurait être complet sans un peu d’égotrip pour compter et raconter mes galères. C’est elles qui entretiennent le feu qui brule dans chaque rappeur, c’est à elles qu’on doit nos exploits, nos envies de nous surpasser. C’est elles qui donnent un sens à notre fierté.

16 / SALAM feat. PAPE BIRAHIM : Tout petit, on nous apprend que saluer aussi bien ceux que nous connaissons que ceux que nous ne connaissons pas est une des règles de vie les plus essentielles dans la vie en société. C’est une règle immuable dont nulle ne peut déroger au risque de se faire réprimandé. Celui qui la viole est : mal éduqué, impoli, irrespectueux. Celui qui s’y plie gagne l’estime et le respect de ses pairs et même celui de ses ainés. On est vu et décrit comme ‘khale bu yaru, bu am kersa, bu am itte, (enfant poli, attentionné et courtois) et comme si cela ne suffisait pas, les prières des plus âgées nous accompagnent.